Vidéos

Vidéo : La langue que je parle à mon fils.

Dans cette vidéo, je vais répondre à cette question qu’on me pose très souvent dès que je dis que je suis prof d’allemand et que je suis maman. Encore plus si je parle de plurilinguisme et d’éducation avec les langues.

Cette question dont la réponse suscite parfois de l’étonnement, de l’incompréhension.

Cette question qui est : Quelle langue tu parles à ton fils ? ou la version plus précise : Tu parles allemand avec ton fils ? 

J’ai donc choisi de répondre de répondre à cela pour tout le monde en  vous expliquant évidemment mon choix et la place des langues en général dans notre quotidien.

Si vous êtes prêts, los ! 🙂

 

Pour situer un peu le contexte, je suis maman d’un petit garçon de 2 ans et quelques mois à l’heure où j’écris ces lignes.

En plein dans l’explosion linguistique comme disent les professionnels, ( et le terrible two mais ça c’est un autre sujet 😉) , nous nous trouvons  avec lui à un moment particulièrement clé de son acquisition du langage. Les mots que nous employons, les tournures de phrases et la langue en général sont donc particulièrement importants.

Et la je vais peut être casser un mythe. Ou vous décevoir.

Car je lui parle français ! Et son papa aussi. Ce qui fait que nous sommes 100% francophones à la maison.

Si vous vous demandez pourquoi, je vous l’explique tout de suite.

Pourquoi je parle français à mon fils ?

Car c’est ma langue maternelle, tout simplement.

Ma langue maternelle, c’est mon histoire, mes racines, mon héritage, ma personnalité, ma culture. Elle fait partie de ce que je suis, de ce que je fais, de ce que je vis.

Il serait donc impensable, même si je vivais à l’autre bout du monde et que je parlais une autre langue avec leur papa, de ne pas parler français à mes enfants.

Les langues que j’ai apprises sont une richesse inestimable, une porte ouverte sur le monde, une chance énorme de grandir, de s’épanouir et je ne pourrais d’ailleurs pas m’en passer.

Elles restent néanmoins des langues étrangères ( même l’allemand que je parle couramment…) et ne remplaceront jamais le français dans ma vie.

Comme dit Goethe ” Celui qui ne connaît pas les langues étrangères, ne connaît pas sa propre langue”. 

Ce qui veut bien dire que les nouvelles langues que nous apprenons, sont un plus, un bonus sur notre chemin mais ne prennent pas la place de notre langue maternelle, indissociable de notre identité.

Et l’ouverture dans tout ça ?

Grandir dans une famille monolingue ne s’oppose pas à mon sens, à l’ouverture, à la sensibilité linguistique auxquelles je crois sincèrement.

Cette idée que, partout dans le monde, sont parlées des langues aussi différentes que les populations et qu’elles sont une autre manière de voir le monde, une manière différente de pensée,  nous n’avons pas besoin d’être bilingue dès la naissance pour la diffuser.

Oui, je vous avoue, dans certains rêves, j’aurais beaucoup aimé que mes enfants soient bilingues et parler plusieurs langues à la maison. Mais j’ai rencontré un francophone ( j’en suis très heureuse ! ;)) et c’est la vie! Cela veut certainement dire que mon rôle est de grandir avec les langues autrement et de travailler encore plus à diffuser leurs messages. Sans renier qui je suis . 

Nous faisons donc les choses tout simplement, tout naturellement.

  • A travers des livres pour enfants en langue étrangère,
  • En donnant la traduction allemande, anglais, espagnole des mots/concepts que notre fils découvre en français. ( Pas tout à la fois et surtout allemande, je vous avoue ! )
  • Par des mots/expressions que nous disons dans une autre langue parce qu’on aime bien ça.

A mon sens et au vu de ma ( certes courte mais riche! ) expérience, 3 critères sont importants pour que cela fonctionne bien :

  • Bien expliquer à son enfant que le mot que vous dites est une autre manière de dire quelque chose qu’il connaît. Que cette langue est parlée par d’autres personnes, dans un autre coin du monde. Que cela n’est pas moins bien, ni mieux.  C’est simplement différent.
  • Parler de choses concrètes : Les animaux, les couleurs, les activités du quotidien … Des choses qu’il connaît et qui sont associés à une image claire. C’est cette image qui lui permettra de faire le lien avec le mot dans les différentes langues.
  • Si vous en connaissez, parlez des personnes qui parlent cette langue. Ce sera toute de suite plus réel et intéressant pour un enfant.

Nous utilisons également énormément les signes pour communiquer avec notre enfant, si ce sujet vous intéresse, cliquez ici pour découvrir l’article dans lequel je vous explique tout.

Et vous, quelle(s) langue(s) parlées vous avec vos enfants ? Que pensez vous de la place de la langue maternelle ? Racontez moi dans les commentaires.

A très vite !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

  • 3 kleine grenouilles

    Je connais quelques personnes qui n’ont jamais parlé dans leur langue maternelle à leurs enfants et elles l’ont ensuite regretté ou leur enfant leur a reproché de ne pas lui avoir permis de comprendre la langue de ses origines et de sa famille.
    Sinon, pour apprendre une langue très tôt, l’idéal est la crèche en immersion où l’on va vraiment parler à égalité les deux langues. Mes enfants étaient (ou sont pour la plus petite) dans une crèche bilingue et ils ont très vite tout compris dans l’autre langue… mais le grand l’a oubliée depuis qu’il est parti de la crèche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *