20 rencontres pour grandir,  Non classé

Une rencontre pour grandir : Marine

Cette histoire, comme toutes les autres du défi #20rencontrespourgrandir, est réelle. Je l’ai écrite à partir d’un témoignage sans ajouter ni ôter aucune information. Les prénoms, les lieux et les détails qui permettraient d’identifier les personnes sont les seuls éléments que j’ai éventuellement modifié. Ceci dans le but de préserver leur vie privée. Mon but étant de vous les faire rencontrer des personnes par l’intermédiaire de leur histoire avec les langues, ces détails n’ont aucune importance dans leur message.

Si vous raté la dernière histoire : cliquez ici pour rencontrer Arthur. 

Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire de Marine. 

Lyonnaise depuis plusieurs genérations, elle a grandi dans un milieu francophone sans se prédestiner particulièrement vers les langues. C’est pendant ses études que sa passion l’a rattrapée et qu’elle a décidé d’en faire son métier. 

Je ne vous en dis pas plus et vous laisse avec son histoire que j’ai choisi de découper en 3 parties : 

1- Le coup de foudre

 

Marine a développé très jeune un langage assez développé qui lui a permis, à 3 ans, de s’exprimer tout à fait correctement, avec des phrases compliquées et du vocabulaire très varié. La langue, déjà très jeune, était son moyen de communication. Alors que des jeunes enfants peuvent exprimer ce qu’ils ressentent, entrer en contact par des signes ou des câlins, Marine avait opté pour la parole. Elle a donc développé cela au maximum.  

C’est avec ce bagage linguistique bien construit qu’elle a commencé sa scolarité et découvert l’allemand en CE2. Grâce sa maîtresse qui parlait couramment cette langue, elle a participé pendant deux ans à des cours d’initiation. C’est au début de ces cours qu’il s’est passé quelque chose d’incroyable. 

Les mots, les accents, la construction ou la langue en soi : elle ne saurait pas vous dire exactement ce qui lui a « tapé dans « l’oeil ». 

Sûrement le tout que l’allemand représentait et l’émotion ressentie quand elle l’entendait. En tout cas, c’était quelque chose de très fort. 

 

«  J’attendais chaque séance avec impatience, je ne saurais l’expliquer mais j’ai vraiment eu un coup de foudre avec l’allemand. »

 

Un coup de foudre ! 

En amour, ça ne s’explique pas. Ou plutôt si, ça s’explique au niveau physique et psychique, par les décharges produites dans le cerveau au moment d’une rencontre. Mais bien souvent, nous ne pouvons pas expliquer ce qui a déclenché cela et et nous nous y attendons pas. 

Parler de coup de foudre pour une langue peut paraître étrange mais je pense que cela représente parfaitement l’émotion que nous pouvons ressentir quand nous découvrons une langue avec laquelle nous nous sentons bien, en adéquation.

Nous allons chercher à pouvoir la parler le plus souvent possible, rencontrer des personnes qui la parlent. Nous allons vouloir tout comprendre de son fonctionnement, nous allons vouloir lui plaire en la parlant du mieux possible. 

Elle va nous faire vibrer, nous faire nous sentir nous mêmes.  Les autres ne comprendront pas forcément mais qu’importe ! Cela nous rend heureux.  

 

 

2- Les expériences

 

En arrivant au collège, Marine a pu approfondir son apprentissage de l’allemand et a commencé à apprendre l’anglais. 

Apprendre 2 langues en même temps, c’est une très bonne chose. Surtout l’anglais et l’allemand qui sont deux langues proches. Notre cerveau aime faire des rapprochements, des liens, créer des habitudes. L’apprentissage de 2 langues simultané permet cela et contrairement à ce qu’on pourrait croire facilite la connaissance de chaque langue individuellement. 

Pour Marine, cela a donc été très enrichissant mais pas de la manière que nous pourrions le croire.  Apprendre 2 langues ne lui posait aucun problème, bien au contraire.

L’anglais par contre a été difficile. Elle n’est pas arrivée à trouver la motivation, à avoir le déclic nécessaire à un apprentissage serein. Encore aujourd’hui, elle en garde des complexes et un blocage. 

Bien que difficile à vivre dans son parcours scolaire, cette difficulté lui a pourtant beaucoup apporté. Elle s’est révélée, comme je vous le disais, enrichissante dans son histoire. 

Elle nous montre, elle aussi, que les blocages que nous rencontrons peuvent être une force pour avancer, un moyen de savoir ce qui nous correspond. Comme une porte de sécurité, ils nous permettent de nous arrêter à un moment de notre vie. Pour nous faire réfléchir à la suite de notre parcours et à l’éventualité de prendre un autre chemin.

En se rendant compte qu’elle ne retrouvait pas avec l’anglais ce qui lui plaisait avec l’allemand et qu’elle n’avait pas envie d’apprendre de la même manière, Marine a réalisé combien l’allemand jouait un rôle important dans sa vie. Un rôle qu’aucune autre langue ne pourrait remplacer. Elle a donc misé dessus pour la suite de son parcours. 

Elle a participé à son premier échange en Allemagne à 13 ans. Celui ci l’ayant conforté dans sa motivation, elle a ensuite fait un bac littéraire pendant lequel elle avait 2h d’histoire géo en allemand par semaine. Puis elle a commencé un BTS assistant manager pour pouvoir pratiquer les langues dans un environnement professionnel. 

 

«  Ce premier échange en Allemagne à Darmstadt a permis de me conforter dans l’idée que l’allemand et moi avions une relation hors du commun » 

 

3- Le rêve 

 

Ce BTS lui a donné la possibilité de faire un stage dans un hôtel 4 étoiles en Allemagne. Une expérience très enrichissante qui lui a permis de construire son objectif : faire une licence en ressources humaines pour pouvoir aller s’installer en Allemagne et y travailler dans un entreprise. 

Le combo idéal qui lui permettait d’allier l’allemand dans son quotidien et ses compétences professionnelles. 

Afin de concrétiser son projet, Marine a décidé de tenter tout d’abord une autre expérience  : devenir assistante de français. En plus de lui assurer une stabilité financière, ce projet lui permettait de s’installer plus facilement en Allemagne et d’améliorer son niveau d’allemand parlé. 

Peut être que son inconscient lui parlait déjà ou que les souvenirs de ses jeux avec ses barbies lui revenaient peu à peu. Je crois que je ne vous l’ai pas raconté. Après avoir suivi ces premiers cours d’initiation en allemand, Marine aimait passer de longues heures à jouer à «  la maîtresse d’allemand » avec ses barbies. 

Dans tous les cas, Marine a beaucoup grandi pendant ces 9 mois d’assistanat. Au niveau personnel et professionnel .

 

«  Mon allemand s’est nettement amélioré, j’ai appris beaucoup aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel » 

 

 

Et vous l’avez peut être deviné. Ce qui devait arriver arriva.

Elle a réalisé que l’allemand et sa culture n’étaient plus des concepts étrangers pour elles mais étaient en elles. Elle a compris surtout qu’elle ne voulait pas travailler dans une entreprise mais vivre en transmettant sa passion et ses connaissances. Plus qu’une envie, elle en avait besoin. 

 

 

 

A votre avis que fait elle aujourd’hui? 

 

Oui, elle est professeure d’allemand en collège. Elle essaie de transmettre ne serait ce qu’un peu de l’émotion qu’elle a ressentie et qui lui a permis de réaliser ses rêves. 

Si vous lui demandez, elle vous dira qu’elle enseigne «  la langue de son coeur ». Et que pour rien au monde, elle ne changerait. 

 

«  Finalement la vocation que j’avais enfouie plus jeune a ressurgi » 

 

Le message qu’elle souhaite vous transmettre c’est de croire en vos rêves. D’oser prendre des chemins parfois biscornus ou non dessinés sur votre carte. Parce qu’à un moment, l’endroit où vous sentez votre coeur vibrer apparaîtra et vous donnera envie d’avancer. 

Et vous quelle est la langue de votre cœur? Celle qui vous fait vibrer?

 

Et si cette histoire vous a plu, partagez là à quelqu’un qu’elle pourrait inspirer. 

Et pour plus d’histoires, découvrez ici le parcours de Géraldine.  Si vous aimez l’allemand, l’histoire de Sophie est pour vous ! Cliquez ici :) 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *