Général

Mieux communiquer grâce aux signes pour enfants

Je ne suis ni spécialiste en langue des signes, ni experte en parentalité… Seulement une maman passionnée par les langues qui a découvert les signes pour enfants et qui aimerait vous le partager.

Que vous soyez parents ou non. Car oui, il m’a fallu passer par le stade de maman pour faire l’expérience de ce langage. Ce que j’en ai appris et ce dont je vais vous parler aujourd’hui dépasse cependant autant le cadre d’une relation parent-enfant que celui de la langue des signes.
Vous pouvez donc rester jusqu’à la fin. Même si les enfants ne sont pas votre priorité actuelle. Et même si vous n’aimez pas parler avec vos mains.

Je vais commencer par vous expliquer comment mon mari et moi avons commencé à signer avec notre petit garçon de 2 ans aujourd’hui. Ce qui m’amènera à vous dire ce que cela nous a apporté et pourquoi je tiens à vous en parler aujourd’hui. Enfin vous pourrez découvrir quels liens je fais avec l’apprentissage des langues étrangères et comment les signes peuvent nous aider dans notre rapport aux langues.


Pourquoi j'ai commencé à utiliser les signes avec mon enfant ?

Par hasard...

Je ne saurais même pas vous dire comment j’ai découvert l’existence des signes pour enfant. Impossible même en réfléchissant de m’en souvenir. (Ah la mémoire sélective, je crois que ça nécessite un autre sujet d’article ! ;)) Je crois que c’est parce qu’il n’y pas eu d’élément déclencheur ou de moment clé.

Après la naissance de mon fils, j’ai commencé à suivre plusieurs blogs de parentalité, à regarder des vidéos sur la maternité, à écouter des témoignages. J’avais besoin de voir que le bouleversement que je vivais était normal et de trouver à travers le partage des autres parents, des éléments qui pourraient faire écho à ce que je vivais.

J’ai donc découvert ces signes pour enfants petit à petit. Un peu par hasard finalement. Je vous avoue avoir été très sceptique au début, me disant que cela allait être très compliqué. Je pensais ne jamais retenir tous les signes nécessaires. Surtout je ne comprenais pas l’importance de ce langage.

Mais comme pour beaucoup de choses après l’arrivée d’un enfant, j’ai changé d’avis. Si devenir maman a été un bouleversement à différents points de vue ; une remise en question permanente et une redéfinition complète de qui j’étais et ce que je voulais, cela s’est intensifié quand mon fils à commencer l’acquisition du langage. (Si vous ne l’avez pas fait, je vous invite à télécharger mon guide pratique dans lequel je vous parle de mon histoire un peu plus en détails.)

Et par déclic...

En observant mon fils face à sa découverte du langage, j’ai eu un déclic. Ou plutôt une prise de conscience parce cela ne s’est pas produit en une fois avec un claquement de doigts ;)…A ce moment là, j’ai réalisé à quel point le langage et la langue ont une place vitale dans notre quotidien, bien loin du strict cadre scolaire auxquels nous les rattachons habituellement. J’ai compris aussi qu’apprendre une langue nous permettait de grandir et de découvrir le monde autrement. Et que notre société a bien besoin d’en prendre conscience pour consolider sa volonté d’ouverture et de diversité.

Voilà comment nous avons commencé à utiliser les signes avec notre enfant. Aujourd’hui, ils ne sont plus notre seul moyen de communiquer avec notre enfant mais ils l’ont été pendant une longue période.(Attention, nous avons toujours utilisé de notre coté la parole même en signant. Lui par contre, utilisait, avant ces premiers mots prononcés, exclusivement ces signes pour enfants quand il souhaitait exprimer quelque chose.)

 


Les signes pour enfants : qu'est ce que cela signifie ?

Un langage parmi les langages.

La LSF (langue des signes française) est une langue à part entière, pratiquée par les personnes sourdes et malentendantes.  Elle est structurée, possède sa propre syntaxe et sa grammaire. Elle a, comme toute langue, des facilités et des difficultés dans son apprentissage. Pour plus d’informations, je vous invite à visiter ce site.

La langue des signes pour bébés est un peu quand à elle un abus de langage. Pour être tout à fait juste, nous devrions parler de communication gestuelle associée à la parole. Tout simplement car quand un parent signe avec son bébé, le but n’est pas de faire des phrases complètes et structurées ni de chercher à appliquer les règles d’une syntaxe.

 Les signes pour enfants ne sont donc pas une langue. Ils forment par contre un langage, utilisé avant l’acquisition du langage parlé et destiné à permettre de mieux communiquer avec son enfant. Il permet à l’enfant d’exprimer ses besoins plus tôt et d’éviter des pleurs, des incompréhensions, de la frustration de son coté mais aussi du coté de ses parents.

(Cependant, ces signes forment réellement un langage dans le sens où son but est de communiquer, de délivrer un message à un interlocuteur.  Langage : Faculté que les hommes possèdent d’exprimer leur pensée et de communiquer entre eux au moyen d’un système de signes conventionnels vocaux et/ou graphiques constituant une langue. )

Vous comprenez que cela m’ait plu tout de suite. Et en grande passionnée que je suis, j’ai eu envie d’aller plus loin dans cette découverte qui s’est révélée passionnante.

Comment utiliser ces signes ?

De la manière la plus simple possible : Nous avons commencé par sélectionner quelques mots principaux qui faisaient partie de son quotidien : Merci, manger, dormir.

La base de la base. Il se trouve que notre fils aime particulièrement manger et que c’est un gros dormeur. Cela correspondait donc parfaitement à ses besoins.

Petit à petit, nous avons commencé à faire le geste en même temps que nous prononcions le mot. Nous avons répété plusieurs fois puis nous lui avons redemandé.

Petit à petit, il a commencé à les utiliser de lui-même et nous avons rajouté d’autres signes.

Notre retour

Un virage à 180°

Pour nous, cela a été une révélation, un virage à 180 degrés dans notre vision de la parentalité. Grâce à cette communication, nous avons réalisé l’importance d’exprimer nos besoins personnels et de toujours toujours communiquer pour faciliter l’installation d’une relation apaisée et éviter certains conflits.

Au lieu de pleurer, notre enfant pouvait nous dire qu’il avait soif, faim ou qu’il avait besoin que nous changions sa couche. En développant un peu, nous pouvions exprimer nos émotions et expliquer ce que nous faisions.

Le plus encore, c’est que cela nous a permis d’être plus proche de notre lui, de l’entendre et de nous adapter à lui. En nous exprimant à travers ces signes pour enfants, nous avons eu l’impression de tendre une main vers lui, de rentrer dans son monde et de nous adapter à sa manière de fonctionner. Comme quand nous apprenons une langue étrangère, nous nous rendons disponibles, ouverts à une langue qui n’est pas la nôtre mais qui va nous permettre d’entrer en relation avec quelqu’un.

Alors, évidemment, cela ne résous pas tous les soucis et ne réponds pas à toutes les questions que nous pouvons avoir en tant que parents. Si nous avons fait le choix d’utiliser ces signes, c’est parce ce que ce langage nous a parlé et surtout beaucoup aidé.

Bien sur, ‘cela reste notre expérience, pour moi mon ressenti de maman (et de passionnée des langues !!). Je sais que cela n’est pas fait pour tout le monde car nous avons chacun notre propre chemin. S’il est important pour moi d’écrire cet article aujourd’hui, c’est parce que je crois en la force du partage même quand nous avons des avis différents. Et puis oui, utiliser les signes pour enfants m’a fait réaliser certaines choses sur l’apprentissage des langues que j’aimerais vous partager.  😉

Sans retard dans la parole

C’est une crainte partagée par de nombreux parents qui ne connaissent pas le langage des signes

Pourtant, loin de provoquer un retard, l’utilisation de signes pour enfants favoriserait le développement langagier ( les dernières études menées au Etats-Unis montrent même le contraire.)  En effet, signer permet à l’enfant dès son plus jeune âge d’entrer dans la communication avec les autres. Il apprend à exprimer ses besoins par lui-même sans qu’on ait forcément à le décrypter.

En signant, un enfant active les mêmes zones du cerveau qu’en parlant. C’est pour cette raison que bien loin de retarder l’apparition du langage parlé, cette pratique tendrait plutôt à faciliter celle-ci. Cela lui permet en effet de faire un lien fondamental dans son cerveau pour une bonne acquisition du langage : le lien entre la sensation qu’il ressent/le besoin qu’il a et le signe qui permet de l’exprimer. Je vous en parlais ici, c’est quelque chose qui nous paraît évident en tant qu’adultes mais qui représente une étape primordiale dans le développement langagier

Je ne vais pas rentrer dans une explication scientifique mais ce sont les connexions que crée notre cerveau qui nous permettent de dire par exemple quand nous avons faim «  j’ai faim », ou quand nous avons envie de dormir «  je suis fatigué(e) ».

Ce sont ces fameuses connexions qu’un enfant qui utilise les signes va construire afin d’associer le bon signe au bon concept qu’il  représente. Et croyez moi, ils font très vite la différence entre le signe «  gâteau » et celui «  dormir ».

Et une ouverture aux autres langages

Utiliser le langage des signes pour enfants m’a également permis de comprendre que si la parole est le principal langage utilisé dans nos sociétés, il existe néanmoins d’autres moyens d’expressions. Que les bébés savent très bien utiliser pour communiquer avec le monde qui les entoure aussi bien que pour obtenir ce dont ils ont besoin.

Par exemples :

Les câlins, le toucher en général pour exprimer son affection, rassurer après un gros chagrin… Ou au contraire pour taper, se débattre pendant une grosse colère…

Les pleurs : Ah ces pleurs, je crois qu’ils ont fait et qu’ils continueront de faire couler de l’encre… Combien de parents ont demandé après la naissance (souvent du premier mais pas forcément ^^) où était passé le dictionnaire qui pourrait leur donner traduction de ces pleurs inconsolables ?

Dans son livre «  Au cœur des émotions de l’enfant », Isabelle Filliozat explique que les pleurs sont comme une décharge pour les jeunes enfants. Ils répercutent toutes les émotions emmagasinés pendant la journée et ressortent donc souvent en fin de journée pour exprimer leurs peurs, leurs angoisses, leurs découvertes … C’est en fait le seul langage qu’ils ont à disposition et celui qu’ils utilisent alors pour exprimer tout ce qu’ils ont à dire. ( Je vous conseille vraiment ce livre, cliquez ici pour en savoir un peu plus.)

Alors malheureusement (ou heureusement je ne sais pas !), savoir cela ne m’a pas évité les angoisses, les craquages et mes propres pleurs face à cette langue inconnue, que j’avais du mal à assimiler. Encore aujourd’hui, il m’arrive de rester démuni et de ne pas savoir comment répondre. Je pense cependant que cela m’a permis et me permet encore de savoir que ces pleurs sont un moyen d’expression et lui servent à communiquer un message. Comme n’importe quel langage.

En fait, c’est comme quand on vous pose une question que vous comprenez mais dont vous n’avez pas la réponse. C’est frustrant, désagréable, cela peut nous rendre triste mais vous comprenez ce qu’on attend de vous.

Pourquoi les signes pour enfants peuvent nous aider dans notre apprentissage des langues.

Retenons ce dont nous avons besoin

Nous retenons plus facilement et automatiquement ce que nous comprenons et ce dont nous avons besoin : Vous allez me dire, forcément, c’est évident. Oui. J’ai tout de même remarqué dans l’apprentissage des langues que nous nous évertuons parfois à apprendre des choses qui en plus de ne pas être directement liés à nos besoins, ne sont pas concrètes à nos yeux..

Les premiers signes que mon fils a su faire ont été «  gâteau » et «  merci »  Je crois que je n’ai pas besoin de vous expliquer le sens de ses motivations.

Notre cerveau est en fait, carrément bien fait. Il a besoin de comprendre et de relier ce qu’il découvre avec ce qu’il connaît déjà ou alors à un besoin, un sentiment.Il fait en plus un peu de tri et garde ce qu’il considère être le plus important.

Pour une langue étrangère, c’est la même chose. Je vous conseille de toujours apprendre un mot ou une notion en comprenant à quoi cela va vous servir et en y associant un besoin, une émotion ou un souvenir. Je vous assure, en plus d’être beaucoup plus efficace, c’est carrément plus agréable.

Prenons notre temps

U   Ce que j’aime beaucoup chez un jeune enfant, c’est qu’il ne peut pas tricher : S’il n’est pas prêt à marcher, il ne marchera pas. Tout comme s’il n’est pas prêt à parler, il ne parlera pas. Nous ne pouvons pas le forcer à acquérir quelque chose qu’il n’est pas encore prêt à gérer.

Et     Et comme chaque enfant est différent, chacun suit son propre rythme de développement qui n’est pas forcément comparable avec celui de son/sa camarade. (En excluant bien sûr tout diagnostique particulier.) C’est ce qui m’a frappé en observant plusieurs jeunes enfants et ce qui se voit parfaitement avec les signes.

Quand vous apprenez une langue, ce qui se passe est similaire. Il se peut que vous avanciez moins vite que votre voisin(e) qui a pourtant commencé en même temps que vous. Il se peut aussi que butiez sur un point qui sera immédiatement limpide pour lui. Ce n’est pas facile, je le reconnais. Laissez vous cependant du temps. Dites vous que si votre objectif est clair et votre travail sérieux, la longueur de la route ne vous empêchera pas de réussir. Et qu’une fois le point d’arrivée atteint, vous serez fier(e)s des cailloux que vous avez su contourner.

Regardez des enfants. Certains parlent parfaitement à 2 ans et d’autres tout juste après 3 ans. Certains marchent à 10 mois et d’autres à 18 mois. Nous n’avons pas tous besoin du même temps pour grandir. Est ce que cela a de l’importance au bout de quelques années ?

 

 
 
Utilisons nos ressources à disposition

C’est quelque chose que je savais au fond de moi mais que j’ai constaté de manière assez net avec mon enfant. La communication est possible même entre 2 personnes parlant un langage différent. A condition d’en avoir envie ,et d’accepter que notre langage tel que nous le connaissons, n’est pas le seul possible. De comprendre aussi que la personne que nous avons en face de nous se réfère à un autre langage.

Nous avons à notre disposition de nombreux autres outils pour faire passer un message. Les gestes dont les signes font partie en sont un . Nous avons aussi le regard, la position de notre corps…Il serait dommage de passer à coté d’une telle richesse. 

Pour les langues étrangères, cela fonctionne de la même manière. Nous pouvons communiquer avec quelqu’un sans parler parfaitement sa langue. Si nous montrons que nous avons envie d’entrer en communication et que nous acceptons que sa langue, aussi étrangère soit elle pour nous, est pour elle/lui le cœur de sa vie.

Donc peut être que vous avez encore des difficultés à vous exprimer dans la langue étrangère que vous apprenez. C’est normal!

Regardez toutes les ressources que vous avez à votre disposition au lieu de voir ce que vous ne savez pas faire. Montrez que vous avez envie d’entrer en interaction, le désir de communiquer même si les  mots ou la syntaxe vous manque.

Et pensez aux jeunes enfants qui commencent tout juste à bredouiller quelques mots mais qui se débrouillent toujours pour se faire comprendre. Vous verrez que rester dans cette disposition vous permettra de progresser. Et que cela vous motivera parce que vous vous rendrez compte que oui, vous êtes capable de vous exprimer. Même si vous avez oublié la conjugaison du verbe être. Ou que vous ne retenez pas les prépositions.

Pour terminer, et parce que communiquer avec les signes pour enfants  apporte surtout beaucoup de bonne humeur, je vous partage cette comptine pour enfant signée que j’aime beaucoup :

 

Et vous, connaissez vous les signes pour enfants ?

Dites moi dans les commentaires si cela vous parle ou avec quel langage (autre que la parole) vous aimez vous exprimer.

A très vite !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 commentaires

  • Valentine - Parents en Equilibre

    Haha ! Ca me fait penser à mes années d’enseignement de l’italien : je parlais autant avec mes mains qu’avec ma bouche, ce qui amusait énormément mes élèves !! Je me rappelle notamment d’une fois où j’avais mimé le canard en classe, ce qui avait déclenché un fou rire général (le mien compris !) Au moins, je suis sûre qu’ils ont retenu ce mot 🙂

    • Anne-Lise

      Haha complètement 🙂 Mon mari me dit que j’aurais du être prof d’italien car je parle aussi tout le temps avec les mains ! Merci pour ton retour 🙂

  • 3 kleine grenouilles

    Nous utilisons une langue des signes adaptée avec notre benjamine, mais c’est pour des raisons médicales. Il s’agit de la GUK (Gebärden unterstütze Kommunikation) qui est une adaptation des signes de la langue des signes allemande pour les enfants souffrant de troubles de la parole. On ne signe pas non plus toute la phrase mais seulement le ou les mots principaux afin de permettre à l’enfant de communiquer malgré ses problèmes. En effet, ma petite a 3 ans et ne peut dire que deux mots. La GUK lui permet de “raconter”, de “montrer”, d’exprimer des besoins ou des envies (mais de façon assez sommaire). On verra selon l’avenir, si elle parle ou si on passera à la langue des signes allemande.
    Je te mets le lien vers mon article si ça t’intéresse :
    http://3kleinegrenouilles.com/signer-pour-aider-enfant-parler

    • Anne-Lise

      Je vais aller voir car c’est vraiment très interessant ! C’est génial que ta petite fille puisse s’exprimer grâce aux signes, une vraie richesse ! Merci pour ton retour 🙂

  • Françoise

    J’aime beaucoup cette idée qu’avec l’utilisation des signes, l’enfant peut exprimer besoins et désirs à ses parents. Quel apaisement cela doit-il être pour lui d’être ainsi compris avant la parole ! Que cela développe de plus la fonction langagière rend l’idée encore plus passionnante.

  • Aurélie Betsch

    J’ai utilisé la langue des signes avec mon fils quand il était petit. J’ai commencé quand il avait environ 18 mois et il a parlé à plus de 2 ans et demi. Ce fut donc super utile et génial ! Nous nous étions amusés à trouver un signe pour dire son prénom ainsi que celui de sa sœur. J’ai été tellement conquise que j’ai commencé à apprendre la vraie langue des signes et j’ai découvert toute une culture autour de cette langue.

    J’ai essayé par la suite de reproduire cette belle expérience avec ma fille mais ça n’a pas du tout marché, elle voulait dire les sons et elle a “parlé” très tôt (vers 18 mois) ! Comme quoi, l’entrée dans le langage se fait vraiment différemment d’un enfant à l’autre. En tout cas, je vais retenter encore une fois avec ma troisième.

    C’est un plaisir de voir un article parlant de ce sujet très intéressant.

    • Anne-Lise

      Merci pour ce retour également très interessant ! 🙂 C’est clair que chaque enfant est différent et que les apprentissages sont passionnants 🙂 il y aurait de quoi écrire des kms d’articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *