Apprendre par plaisir,  Vidéos

Peut- on vraiment utiliser les jeux pour apprendre une langue ?

Utiliser des jeux pour apprendre une langue, possible ou impossible ? Dans cet article et dans la vidéo qui l’accompagne, nous allons parler du lien entre les jeux et les langues étrangères.  2 éléments qui, malgré ce que nous pourrions parfois croire, vont très bien ensemble et ont en commun quelque chose d’assez fou : Ils nous font grandir.

Pour aborder ce sujet, je vais commencer par vous expliquer pourquoi les jeux peuvent vous permettre d’apprendre plus efficacement . Comme vous l’avez vu dans le titre, je vous parlerai ensuite de 3 jeux que vous pouvez réaliser chez vous, gratuitement, très simplement et avec très très peu de matériel. ( Ou des choses que vous avez déja !)

Ce sujet vous dit peut être quelque chose . Il a en effet déja été abordé sur le blog par Caroline du blog Happykidsafari. Elle vous expliquait dans un article très complet comment et pourquoi utiliser les chasses au trésor pour accompagner votre enfant dans son apprentissage des langues. Cliquez juste ici pour le découvrir.

Si j’ai décidé d’aborder le jeu sous un autre angle que Caroline, je la rejoins sur mon objectif : Vous montrer qu’apprendre une langue peut se faire simplement et en s’amusant.

C’est parti ?

 

Pourquoi utiliser les jeux pour apprendre une langue ? 

Le jeu est quelque chose de puissant dans l’apprentissage et pas seulement chez les plus jeunes.  A travers son approche divertissante et moins normée, il permet à des personnes moins à l’aise avec le cadre scolaire de prendre confiance et de progresser sans en avoir l’air.

Et si les langues étrangères sont particulièrement touchées par cette approche, c’est parce que leur apprentissage nécessite, dès l’initiation,  de l’action, de la vie et de la pratique. On ne peut pas juste apprendre et appliquer les règles.

Bon okay. Mais jouer est il vraiment efficace? Une étude menée par l’Université Laval au Québec a montré que utiliser des jeux pour apprendre une langue crée une relation plus positive entre l’apprenant et les connaissances, lui redonne confiance et envie d’apprendre.

 

Pour comprendre pourquoi, voici quelques quelques points de réflexions :

  • Le jeu modifie le rapport à l’apprentissage en sortant celui-ci des normes scolaires. Il permet de sortir du monde réel  pour entrer dans le virtuel et suivre de nouvelles règles. C’est donc une porte d’entrée très efficace pour les apprenants rebutés par les règles scolaires. Le jeu permet de en plus d’associer les connaissances à quelque chose de positif, à quelque chose qui fait plaisir au lieu de contraindre.

 

  • Un jeu c’est également des règles à respecter, un but à atteindre en tenant compte de certains éléments, des ses coéquipiers et de ses éventuels adversaires. Cela apprend donc à trouver des stratégies pour réussir et à construire la confiance nécessaire pour y arriver. Une belle école de vie !

 

  •  Le jeu motive, donne envie. Deux critères importants pour le fonctionnement de la mémoire et de la concentration, non? Nous sommes en effet bien plus enclin à faire travailler cette dernière quand l’activité nous plaît. Et donc à retenir efficacement, ce que nous apprenons.

 

  • Chez les enfants, le jeu est un besoin. C’est la porte ouverte de leur développement, ce qui les permet de découvrir le monde, de se construire. Et d’apprendre. Alors pourquoi faudrait-il le dissocier de cette dernière dimension chez les enfants plus grands?

 

  • Je termine avec les émotions. L’autre moteur de la mémoire. Si vous avez déjà observé un enfant en pleine période de l’acquisition du langage, c’est assez flagrant : Il va retenir les mots et expressions qui le touche personnellement, qui renvoie à une émotion ressentie à un moment X donc pas forcément les plus importants. Oui, les émotions changent tout. Elles guident nos actions et le fonctionnement intégral de notre corps. Il est donc urgent de les intégrer à nos apprentissages, en particulier celui des langues étrangères.

 

 

 “ Le jeu est la principale source de développement des enfants, que ce soit sur le plan affectif, social, physique, langagier ou cognitif “.  Lev Vygotsky

 

Pouvons-nous tous utiliser les jeux pour apprendre une langue ?

 

Oui et non.

 

  • Oui, parce que le jeu est une activité naturelle, dont nous sommes tous capables et qui remonte d’ailleurs à la nuit des temps. Les historiens ont d’ailleurs retrouvé des traces de jeux dans les civilisations antiques d’Egypte et de Mésopotamie.
  • Oui parce que jouer divertit, fait plaisir et que nous recherchons  de également de manière naturelle, à nous amuser.
  • Oui parce que comme je l’ai dit plus haut, jouer fait partie de la construction et a été dans notre enfance, un des piliers qui nous a permis de grandir.

 

  • Non, et c’est justement la difficulté, car comme il y a autant de jeux que d’enfants sur terre, il y a autant de manières d’apprendre que de personnalités. Dans ce sens, certains préféreront le cadre rassurant d’une progression scolaire classique ou ressentiront du positif là où d’autres ne verront que des exercices ennuyeux.

 

Penser à des jeux pour apprendre une langue c’est donc déjà jouer!  C’est jouer à trouver ce qui correspond aux apprenants que nous sommes ou que nous avons en face de nous

L’opposition jeu-travail.

Cette opposition fait entièrement partie de notre société et nous invite à croire que jeu et travail  ne peuvent pas aller ensemble. En gros, soit on joue, soit on travaille. Pas les 2 en même temps. Le jeu, associé au divertissement, fait donc partie de la sphère privée, est réservé pour des moments sans stress et sans pression.

Chez les adultes, le jeu peut même être perçu négativement quand il devient une addiction ou qu’il coupe de l’entourage, notamment avec les écrans.

Pas question donc pour les défenseurs des pédagogies traditionnelles d’associer divertissement et apprentissage. Un apprentissage nécessite de la concentration, du sérieux ce qui n’est pas forcément le cas d’un jeu.

Et pourtant :  Transmettre aux enfants l’idée qu’on peut se faire plaisir en travaillant, qu’on peut avoir l’impression de ne pas travailler quand on fait quelque chose qui nous botte serait peut être un bon plan pour l’avenir, non? Tout autant qu’apprendre une langue !

 

Alors quelle place pour le jeu dans l’apprentissage ?

J’ai envie de remettre le jeu à sa juste place. A la place d’une activité ancestrale qui permet de grandir et de faciliter l’accès aux connaissances sans pour autant prendre la place des apprentissages, ni leur ôter leur sérieux. A la place d’une approche pleine de promesses pour les futurs apprenants, avec cependant ses inconvénients et ses limites.

A la place de quelque chose qui fait partie de nous mais n’est pas fait pour tous.

A la place de jeu quoi.

3 exemples de jeux pour apprendre une langue,  à créer vous mêmes !

 

Trêve de théorie, passons à la pratique. Je vais donc vous présenter ces 3 jeux tout simples, que vous pouvez réaliser chez vous sans frais et sans matériel.

Pour plus de détails, des images ou simplement si vous en avez marre de lire, vous pouvez retrouver la présentation de ces 3 jeux en vidéo juste ici :

( Et pour voir plus de vidéos, pensez à vous abonner à ma chaîne Youtube !)

Pourquoi faire ces jeux vous même ?

En plus d’être sans frais et de ne pas nécessiter de matériel, ces jeux ont quelques avantages :

  • Ils sont personnalisables à l’infini en fonction de vos objectifs d’apprentissage, le thème du moment, votre niveau, la langue que vous apprenez.
  • Ils sont utilisables dès l’initiation linguistique et ceci même si vous même, ne parlez pas très bien la langue.
  • Les préparer vous même ou avec vos enfants est une étape non négligeable qui permet déjà de travailler certaines compétences, de réviser les objectifs, de faire le point sur les termes à apprendre.

Être acteur de la construction rend le jeu plus efficace pour deux raisons :

1-  Celui- ci constitue un objectif d’apprentissage en soi ( on doit apprendre certaines choses pour pouvoir jouer)

2- Être acteur de la construction permet de s’y investir davantage et d’apprendre en jouant plus efficacement !

 

  1. Le mémory

 

Matériel :  

  • Feuille(s)
  • Crayons/feutres de couleurs différentes.
  • Une règle
  • des ciseaux

 

But : Associer les mots par paires en fonction de leur signification ( ou autre : contraires, pluriels..)

 

  • Après avoir défini une liste de mots/expressions à retenir, découpez votre feuille en cases, autant que de mots sur votre liste.

( Je fais en général des cases de 6 sur 3 cm, ce qui fait 42 carreaux sur une feuille : Je trouve cette taille pas mal. Libre à vous d’adapter ! )

  • Écrivez un mot sur chaque case, en identifiant chaque langue par une couleur différente pour faciliter la reconnaissance. Découpez, c’est terminé! Vous pouvez également faire la même chose avec des images pour ne pas traduire systématiquement vers votre langue maternelle.
  • Votre jeu de mémory est prêt et adapté à vos besoins !

 

2. Le jeu des objets

Matériel : Des objets qui vous entourent.

But : Nommer les objets qui manquent ou ceux correspondant à des critères particuliers.

Sélectionnez une dizaine d’objets de votre environnement, en accord avec vos connaissances et vos objectifs.

  • Demandez à un des participants de sortir de la pièce.
  • Pendant ce temps, vous enlevez un objet. La personne partie doit retrouver ce que vous avez enlevé. ( dans la langue cible!) En fonction du nombre, d’autres participants peuvent également formuler des courtes phrases pour lui donner des indices. ( Ex : C’est rouge… ou juste un mot : Petit)
  • Vous pouvez également réunir les participants et leur demander de trouver le plus vite possible un objet avec un caractère particulier ( toujours dans la langue cible)
  • Ils peuvent aussi choisir leur objet préféré et le décrire, choisir un élément qui leur rappelle telle ou telle émotion…
  • Ce ne sont que des idées, déclinables à l’infini et complètement personnalisables !

 

3- Le jeu de construction à l’infini.

Matériel : Idem que le mémory.

But : Construire des phrases ou inventer une histoire à partir des éléments piochés.

 

  • A la différence du mémory, écrivez sur chaque case différents mots utiles à la construction d’une phrase.

Par exemple : AVOIR-JAUNE-TU-MAISON.

  • Les joueurs doivent piocher des cartes et construire une phrase avec les éléments notés sur ces cartes.
  • Pour le jeu des histoires, chaque participant pioche une carte et doit continuer une histoire commencé par le premier joueur et incluant le mot noté sur sa carte.

Tout cela dans la langue cible !

 

NB : Vous pouvez également choisir un jeu de société simple et que les participants apprécient. Vous pouvez ensuite soit jouer intégralement dans la langue cible, soit ajouter une règle permettant d’utiliser la langue dans le jeu.

Par exemple : Avant de piocher une carte, tu dois poser une question en allemand à un autre joueur.

 

Pour finir.

Voici 3 points à respecter pour vous assurer que les jeux se déroulent bien.

  • Fixez bien les règles de manière claire et précise en vous assurant que chacun des participants ait bien compris,
  • Essayez le plus possible, si vous le pouvez, de parler dans la langue cible tout au long du jeu.
  • Surtout amusez-vous ! Sans le stress de parler parfaitement ou d’être le/la meilleure mais simplement en profitant du moment et des compétences que vous allez travailler.

 

Quel jeu vous plaît le plus ? Quels sont les jeux que vous avez déjà testés et qui vous ont particulièrement plu ? Quel est votre avis sur l’utilisation des jeux pour apprendre une langue ? Racontez moi en commentaires ! Je me réjouis de discuter de cela avec vous 🙂

A très vite !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 commentaires

  • Severine Domise

    Merci pour ces idées de jeux. Je te rejoins complètement sur le fait que les jeux sont excellent pour l’apprentissage et détendre un peu l’atmosphère. J’aime beaucoup le troisième, raconter des histoires.
    La première fois il peut être un peu intimidant car certains peuvent se sentir limités soit par le lexique, soit par leur imagination, mais après quelques pratiques ça devoint plus amusant. J’aime bien les encourager à partir dans des délires, ça rend l’histoire plus amusante!

  • Valentine

    Le jeu apporte de la joie, du plaisir et de l’enthousiasme là où le simple apprentissage ne suffit pas pour certaines personnes. A mon sens, c’est une clé importante pour apprendre une langue : s’amuser.

  • Emy

    Salut Anne Lise,
    Super article, c’est vrai que le jeu à ses avantages et ses inconvénients mais il est bien souvent vu plus positivement qu’un cours magistral que ce soit d’ailleurs chez les enfants comme les adultes. Sur notre blog nous aimons bien utiliser ce vecteur ” le jeu” pour faire passer un peu de culture. Comme dans notre jeu à qui appartient cette maison? 🏠 avec quelques infimes touches d’histoire. En ce qui concerne les langues étrangères, les jeux du type madlibs sont très en vogue dans les pays anglo-saxons ! As tu déjà testé ?

    Emy
    https://lesanimaginables.com

  • Vinciane

    Merci pour toutes ces idées de jeux pour apprendre les langues… et tout autre domaine. Une idée pour les parents qui font des trajets en train, en voiture, avec leur enfant: décrire ce qu’ils voient par la fenêtre dans la langue cible. Chez le médecin, pour les faire patienter, dire dans la langue cible “je viens chez le médecin pour soigner …(partie de corps)…” et chercher toutes les parties imaginables. Je trouve aussi qu’on apprend mieux en jouant,c’est la raison pour laquelle j’ai conçu un jeu de cartes pour apprendre à analyser et construire des harmonies de couleur.

  • Nicolas

    Très bon article Anne-Lise, je suis aussi convaincu que l’émotion est la corde a activer chez les plus jeunes pour maximiser la qualité et l’efficacité de l’apprentissage d’une langue (sur mon ordinateur je n’ai pas le son de ta vidéo… cela vient peut-être de moi).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

et, Donec vel, Curabitur efficitur. neque. id, tristique