Apprendre par plaisir

5 recettes pour apprendre une langue avec la cuisine.

Cuisiner, kochen, to cook, cocinar, cucinare

Quelque soit la langue, il est difficile de trouver un mot qui parle plus à chacun que celui ci.

En fait, que ce soit une des nos activités préférées ou notre pire cauchemar, nous nous sentons forcément concernés.

Nous pensons à nos souvenirs d’enfants, à la meilleure recette de notre grand-mère, au premier gâteau que nous avons fait, aux moments de qualité autour d’un repas avec des proches …. Ou alors à des choses beaucoup moins glorieuses comme le truc que nous avons totalement raté ou le plat vraiment étrange que nous avons gouté lors de votre dernier voyage…

Bref, c’est concret, nous avons tous une image en tête et puis comme ça revient tous les jours, nous n’avons pas encore fini d’en parler.

Et puis soyons honnêtes. En France, nous sommes connus pour notre grande gastronomie, parce que nous aimons manger et passer du temps à table. Cela fait partie de notre culture et de notre manière de vivre.

 

Vous vous êtes déjà amusés à compter le nombre de minutes avant qu’une personne étrangère que vous rencontrez vous parle de la nourriture française ou de quelque chose qui s’y rapporte ?

 

Le cliché du français au béret, à la baguette et au verre de vin rouge a encore de longues années de vies devant lui, croyez moi !

Bref encore une fois. Comme la cuisine est quelque chose que nous connaissons bien, pourquoi ne pas l’utiliser pour apprendre une langue ? Joindre l’utile à l’agréable comme dit la fameuse phrase. Elle n’a jamais aussi bien porté son nom.

C’est ce que je vous propose de faire dans cet article avec 5 recettes de spécialités étrangères en VERSION ORIGINALE. Oui oui. Chaque recette est écrite dans la langue du pays dont elle vient.

Pourquoi ? Parce que mon but est vraiment d’associer et de travailler la langue dans le cadre de la cuisine. Donc quand même de travailler.

Une chose avant de commencer. Je vouscon seille et vous recommande de  NE PAS CHERCHER  la traduction avant d’arriver à un point qui vous pose VRAIMENT problème. Si vraiment vous avez un souci, écrivez moi à cette adresse : [email protected]

Je précise que j’ai écrit cet article avec mon mari qui est pâtissier et diplômé en agroalimentaire. ( Vous pouvez le suivre sur son compte Instagram ici)

Je vais être franche avec vous. Je n’aime pas spécialement cuisiner. ( Oui c’est possible et je vous assure je le vis bien ! )

Par contre j’aime beaucoup manger, vraiment. (J’ai dit que j’étais franche !!) Et j’aime énormément le moment et les liens que nous créons autour d’un repas.

Je sais aussi que, parmi vous, se trouvent sûrement beaucoup de grands cuisinier(es) dans l’âme. J’ai donc envie de vous proposer quelque chose qui vous permette d’apprendre une langue en cuisinant. Pour créer du positif et de l’émotion, encore et toujours.

Et parce que même si je n’aime pas énormément ça, j’ai beaucoup appris avec la cuisine lors de mes séjours à l’étranger

Allez, c’est parti. Je vais commencer par vous expliquer pourquoi la cuisine et les langues ont plus de choses en commun que nous pourrions le penser.

Le point commun entre la cuisine et les langues

Ce que j’aime dans la cuisine, c’est qu’il y a des bases universelles comme les associations de produits, les réactions de certains aliments entre eux, les propriétés des aliments etc…

A partir de cela  chacun est cependant libre de créer et d’adapter les recettes en fonction de ses goûts, de ses convictions, de son histoire et de sa culture.

(Demandez par exemple à un allemand ce qu’il pense des carrés de chocolat dans le pain au goûter… 😉 )

C’est pareil avec les langues ! Eh oui, j’y reviens toujours.

Pour apprendre une langue, il y a des règles, des choses à apprendre pour pouvoir se comprendre et développer correctement ses acquis.

Par contre ensuite, chacun est libre d’utiliser cela comme il l’entend, de l’adapter à son rythme, à sa personnalité, à son environnement d’apprentissage, à ses gouts, à son parcours etc… Vous n’allez pas, par exemple, apprendre de la même manière si vous avez des difficultés à lire ou si vous préférez bouger plutôt que rester assis pendant des heures.

Apprendre une langue avec la cuisine, c’est donc quelque chose qui va très bien ensemble et qui vous permettra non seulement de progresser mais surtout de passer un bon moment avec une langue que vous voulez apprendre.

Voici donc les principales raisons pour lesquelles apprendre une langue avec la cuisine est vraiment une bonne idée.

Pourquoi apprendre une langue avec la cuisine

  • La cuisine fait partie de la culture

Il est impossible de dissocier la langue de sa culture. A travers la cuisine, vous allez pouvoir découvrir une partie de cette culture, vous en imprégner et pouvoir ensuite mieux comprendre la langue. Passer par cela pour entrer dans votre apprentissage, vous permettra en plus de garder en tête une image concrète et vivante de la langue que vous voulez apprendre.

La cuisine est en plus quelque chose qui parle à tout le monde, quelque que ce soit l’endroit où nous vivons ou la langue que nous parlons. Sérieusement, la nourriture n’est pas un des premiers sujets d’étonnement quand nous voyageons à l’étranger ? 🙂

C’est donc une occasion d’échanges, un moyen de dépasser certains blocages d’apprentissage. Tout simplement car cela nous parle et nous renvoie à notre besoin physique de manger mais aussi au plaisir que nous y associons. Et on en revient toujours au même : Quand nous apprenons quelque chose de concret, qui nous renvoie à une émotion positive, ça se passe tout de suite mieux!

Pour l’avoir testé avec des ados ( avec les adultes, ça marche aussi !), je peux vous assurer que dès qu’on parle de manger, ils se découvrent une motivation insoupçonnée à travailler 😉

 
  • Cuisiner est une activité qui rassemble de multiples compétences 

A votre avis, pourquoi la réalisation de recettes de cuisine revient régulièrement dans les activités scolaires et extrascolaires ? Parce que ça parle aux enfants et que c’est quelque chose de ludique, en effet.

Surtout parce que derrière la réalisation d’une recette de cuisine se cachent de nombreuses compétences d’autant plus importantes à acquérir qu’elles proviennent d’une situation de la vie quotidienne :
 
  • Lire la recette
  • Comprendre ce que cela veut dire
  • Répéter éventuellement à voix haute et échanger avec son/sa camarade pour se répartir les tâches
  • Compter/mesurer les ingrédients nécessaires
  • Manipuler les ustensiles ( #motricitéfine)
  • Apprendre des informations sur les ingrédients, leur provenance, leur fabrication éventuelle…
 
et d’autres encore selon l’âge et la complexité de la recette !
 
Pour apprendre une langue étrangère, ces compétences se retrouvent évidemment ( Eh oui, nous redevenons un peu enfant en apprenant une langue et je crois que c’est une très bonne chose ! ) :
 
  • Vous allez apprendre du vocabulaire quotidien, concret et utile! En plus, vous allez l’utiliser immédiatement!
  • Travailler la compétence de compréhension de l’écrit.
  • Travailler également la production orale si vous reformulez les consignes avec vos mots.
 
Pas mal non, tout en faisant quelque chose qui vous plaît?
 
 
  •  Vous avez un objectif de fou

A la fin de votre recette, vous aurez non seulement la satisfaction d’avoir fait un exercice en langue étrangère mais vous aurez la récompense de pouvoir déguster et savourer votre plat !  🙂 Je suis sûre qu’il sera encore meilleur car vous y aurez mis tout votre amour ! 😉

 
On y arrive. Vous allez maintenant pouvoir découvrir les 5 recettes de spécialités en version originale ( et non sous titrée ! )
Bonne lecture et bonne cuisine !
"Dans la cuisine, il y a un acte d'amour. Je suis sûr que quand vous invitez quelqu'un chez vous, vous donnez le meilleur de vous-même. Il faut que ce soit exactement la même chose pour nous "
Joël Robuchon
Chef aux 32 étoiles

5 recettes en version originale pour progresser en cuisinant.

1- Ragu' alla bolognese

Source de la recette : https://ricette.giallozafferano.it/Ragu-alla-bolognese.html

  • Difficoltà: Facile
  • Preparazione: 20 min
  • Cottura: 210 min
  • Dosi per: 4 persone
  • Costo: Medio

INGREDIENTI

·  

·I

  • Per preparare il ragù alla bolognese cominciate tritando finemente al coltello il sedano 1, la carota sbucciata e spuntata e la cipolla mondata . Dovrete ottere 50 g per ciascun ingrediente. Poi versate l’olio in una pentola e aggiungete il trito lasciate andare per una decina di minuti a fuoco dolce mentre mescolate, di tanto in tanto . Trascorso il tempo il soffritto dovrà risultare appassito ed il fondo del tegame invece asciutto. Unite la carne di manzo macinata grossa ed il macinato di maiale 
  • Anche queste dovranno rosolare lentamente per una decina di minuti, mescolate di tanto in tanto. Inizialmente fuoriusciranno tutti i succhi ma una volta asciugati potrete sfumare con il vino biancoNon appena l’alcol sarà evaporato e il fondo sarà tornato, ancora una volta, ben asciutto aggiungete la passata di pomodoro  Poi versate soltanto 1 dei 3 litri di acqua
  • aggiungete un pizzico di sale, mescolate e lasciate cuocere a fiamma medio-bassa per un’oretta. Trascorsa la prima ora potrete aggiungere un altro litro d’acqua, mescolare e far cuocere ancora per un’ora. Al termine della seconda ora di cottura, versate l’ultimo litro di acqua e continuate a far cuocere sempre a fiamma dolce per un’altra ora. In questo modo il ragù cuocerà per almeno 3 ore
  • A fine cottura il risultato sarà ben asciutto, regolate di sale e di pepe, spegnete la fiamma e unite il latte ; un’ultima mescolata ed ecco il ragù alla bolognese pronto per l’uso !

Astuce du pro :Préparez cette recette la veille et conservez votre patience. Une fois que ça mijote, vous pouvez mener votre vie et laisser la casserole faire son travail 🙂

2- Schwäbische Maultaschen

ZUTATEN

Für den Teig:

  • 300g Mehl
  • 2 Eier
  • Salz
  • etwas Muskat, geriebener 
  • 50ml Wasser ( evtl mehr oder weniger)
  • 1 Tl Öl

Für die Füllung:

  • 1 Zwiebel
  • Viel Petersilie oder Bärlauch
  • 1 Brötchen vom Vortag
  • 1 EL Öl
  • 250g Blattspinat
  • 250g Brät oder Hackfleisch (oder beides gemischt)
  • 1 Prise(n) Muskat geriebener
  
  • Die Teigzutaten zu einem geschmeidigen Nudelteig kneten.
  • Für die Füllung die Zwiebel schälen und zusammen Petersilie oder Bärlauch fein hacken. In heißem Öl glasig anschwitzen.
  • Den Blattspinat kurz in heißes Wasser geben, kalt abschrecken und gut abtrocknen lassen – evtl. ausdrücken. Anschließend ebenfalls fein hacken.
  • Das Brötchen in kaltem Wasser einweichen, dann gut ausdrücken (am besten in einem größeren Sieb) und verzupfen. Das Brät oder Hackfleisch mit dem Ei und den Gewürzen vermengen.
  • Die anderen Zutaten dazugeben und alles gut vermischen.

  • Den Nudelteig auf bemehlter Fläche zu einem Rechteck auswellen und in kleinere Rechtecke schneiden.
  • Von der Füllung jeweils etwas auf eine Hälfte der Rechtecke verteilen, dann die andere Teighälfte darüber schlagen und erst leicht andrücken, damit die Luft entweicht, dann fest andrücken.
  • In reichlich kochendem Salzwasser aufkochen, dann bei kleiner Hitze ca. 20 Min. gar ziehen lassen.
  • Mit einem Schaumlöffel herausnehmen und abtropfen lassen.
  • mit braunen Zwiebeln, in Ei gewendet und dann angebraten, mit Tomatensoße, auf Salat…..


Astuce du pro : Prêtez attention à la texture de votre pâte : Il est important qu’elle soit bien souple pour façonner les Maultaschen ( rajoutez un keuf si besoin). La garniture ne doit pas non plus être trop juteuse.

3-Receta de gazpacho andaluz tradicional

INGREDIENTES

Para 6 personas

 

  • Tomate pera 1 kg
  • Pimiento verde italiano 1
  • Pepino 1
  • Dientes de ajo 2
  • Aceite de oliva virgen extra 50 ml
  • Pan de hogaza duro50 g
  • Agua 250 ml
  • Sal 5 g
  • Vinagre de Jerez 30 ml
  • Dificultad: Media
  • Tiempo total 15 m
  • Elaboración 15 m
  • Reposo 1 h
  • Como os digo, en esto de los gazpachos la cosa va en gustos. Aunque en mi familia, jamás se perdona añadir cebolla o pimiento rojo a un gazpacho, la cebolla a veces se puede consentir muy picadita como guarnición -no dentro de los ingredientes triturados-, pero este punto será seguramente controvertido porque en otras casas se hará con cebolla siempre. Lo dejo a vuestro criterio.
  • Lo del pimiento rojo es más delicado, puesto que siempre que se hacen gazpachos andaluces se debe hacer con pimiento verde que aporta un sabor peculiar que no encaja con el dulce del pimiento rojo carnoso. Digo lo mismo. Habrá casas donde se suela hacer con pimiento rojo, pues de acuerdo, pero si queréis hacerme caso, probad con mi receta y dejad el pimiento rojo para otros platos deliciosos como la ensalada de pimientos.
  • Troceamos todos los ingredientes indicados en la proporción que os he puesto y añadimos 50 ml de aceite de oliva, 250 ml de agua de la nevera y 50 ml de vinagre de Jerez, triturando todo en la batidora de vaso o Turmix. No es necesario pelar los tomates o los pimientos porque luego lo vamos a pasar por el colador fino.
  • Si tenéis un robot tipo Thermomix podéis poner todos los ingredientes en el vaso y triturarlos a máxima velocidad durante 4 minutos para obtener una textura perfecta. Una vez triturado, pasamos el gazpacho resultante por el colador fino, apretando con un cucharón para que quede una crema sin pieles ni semillas y lo metemos en la nevera un par de horas para que enfríe bien
 

Astuce du pro : Épluchez les poivrons et les tomates, ce sera plus digeste. Pour les poivrons, faites les griller 45 min dans un alu au four. Pour les tomates, incisez en croix le fond de la tomate et plongez les 3 min dans de l’eau bouillante.

4-Бефстроганов из говядины

Ингредиенты :

  • говядина 500 г
  • лук 1 шт. (150-200 г)
  • сметана 150 г
  • мука 1 ст. ложка
  • томатная паста 1 ч. ложка
  • вода 150 мл
  • соль
  • перец чёрный
  • Подготавливаем все ингредиенты. Мясо помойте и обсушите.
  • Не разрезая говядину слегка отбиваем её. Я делаю это через пищевую плёнку, чтобы мясо не разбивалось, а молоток не забивался кусочками мяса, которые потом очень сложно вымыть.
  • Нарезаем мясо поперёк волокон на тонкие ломтики (толщина около 5 мм).
  • Ломтики нарезаем тонкой соломкой. Чем тоньше мы нарежем мясо, тем быстрее оно обжариться и тем больше сока останется внутри.
  • Лук нарезаем тонкими четвертькольцами.
  • Немого растительного масла наливаем в сковороду и очень хорошо разогреваем. Будем обжаривать мясо в очень горячей сковороде небольшими порциями, так, чтобы мясо лежало на поверхности сковороды в один слой. Нам нужно, чтобы мясные кусочки сразу схватились корочкой, и тогда весь сок останется внутри. Если же мы выложим в сковороду сразу много мяса, оно отдаст сок и может быть жёстким. Солить на этом этапе не нужно, т.к. соль также провоцирует выделение сока из мяса, сделаем это позже. Обжариваем мясо 2-3 минуты, переворачивая, до образования корочки. Т.к. кусочки у нас очень тонкие, этого времени достаточно, мясо успеет прожариться.
  • Выкладываем обжаренную говядину в тарелку, и таким же образом жарим всё оставшееся мясо.

В ту же сковороду наливаем немного растительного масла, снова хорошо его разогреваем и обжариваем лук до золотистого цвета.

  • Обжаренный лук посыпаем мукой, хорошенько перемешиваем и обжариваем ещё около 1 минуты.
  • Добавляем сметану и томатную пасту.
  • Наливаем воду и хорошо всё перемешиваем.
  • Выкладываем в сковороду мясо, солим, перчим, хорошо перемешиваем и тушим ещё около 5 минут.
  • Через 5 минут открываем крышку и пробуем мясо, и теперь существует несколько вариантов развития дальнейших событий. Если оно мягкое, значит вам повезло с говядиной, вы правильно её порезали и обжарили, да и вообще, в таком случае, ваш бефстроганов готов. И это был идеальный вариант, однако в связи с качеством говядины в наших магазинах, всё чаще случается другой вариант: мясо получилось жёсткое. Если так произошло, то мы не расстраиваемся, а просто закрываем его снова крышкой и продолжаем тушить дальше на небольшом огне до мягкости. На это может потребоваться от 10 до 40 минут. Если придётся тушить долго и соус сильно загустеет, просто добавьте в него ещё немного воды. Когда говядина наконец станет мягкой, снимаем сковороду с огня.
  • Подбирайте гарнир к бефстроганову на свой вкус, он отлично сочетается с картошкой (жареной и пюре), рисом, макаронными изделиями. Приятного аппетита!

 

L’astuce du pro : Si possible, préparez la veille de votre repas et laissez le mijoter le plus longtemps possible. (Les 3 heures notées dans la recette ne sont pas superflues). La patience est le maître mot de cette recette !

5- Bread pudding

Source de la recette : https://www.livewellbakeoften.com/grandmas-bread-pudding/

INGREDIENTS

1 loaf day-old challah bread cubed into 1-inch pieces*

  •  5 large eggs lightly beaten
  •  1 cup granulated sugar
  • 4 cups whole milk
  •  1 teaspoon vanilla extract
  •  1 teaspoon ground nutmeg
  •   1 teaspoon ground cinnamo 
  • Spray a 9×13 baking dish with nonstick cooking spray. Place the cubed challah bread into the prepared baking dish and spread it around into an even layer. Set aside.
  • In a very large mixing bowl, whisk together the eggs, sugar, milk, vanilla, nutmeg, and cinnamon until fully combined. Pour the mixture evenly over the bread in the prepared baking pan, making sure all of the bread is coated. Allow to sit and soak up the mixture for about 15 minutes.
  • Meanwhile, preheat oven to 350°F. Once the 15 minutes is over, place the bread pudding in the oven and bake at 350°F for 45-50 minutes or until the top is set.
  • Remove from the oven and allow to cool slightly before serving.

L’astuce du pro : Réutilisez du pain de la veille ou un pain inutilisé. L’intérêt de cette recette est de transformer le pain sec en un dessert gourmand. N’achetez donc surtout pas du pain exprès.

Alors quelle recette avez-vous envie de tester ? Quelle est celle qui déclenche quelque chose de positif en vous ?

Dites le moi en commentaires et envoyez les photos de vos réalisations ! ( [email protected])

Régalez vous et prenez soin de vous! 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

16 commentaires

  • Severine

    Génial, et je suis plutôt contente de ce que je comprends 🙂 Par contre je te rejoins totalement sur le fait de faire la cuisine. Je ne suis pas une grande adepte non plus, et je ne suis jamais complètement une recette. Il faut toujours une petite touche perso! C’est une super bonne technique, et ce qui est énorme c’est que je la mentionne vite fait dans mon article qui sort demain. Juste une phrase comme ça qui dit “Mêler la langue étrangère à la cuisine locale”, perdue au milieu du reste…. Aaaah quand les grands esprits se rencontrent!

  • Aurélie

    Hello,
    En voilà, une super bonne idée! C’est un thème internationale, qui peut même être partagé avec les enfants en voyage. Merci pour ces recettes. C’est très amusant de les lire en version originale. Peux-tu nous éclairer sur le paragraphe 4? Quelle est cette langue et ce plat?
    A très bientot

  • Jung

    Superbe article !
    J’adore ce principe d’apprendre une langue tout en cuisinant.
    C’est vrai que ça fonctionne bien. Et merci pour ces recettes ! A quelques minutes du déjeuner, tu viens de me mettre l’eau à la bouche !

  • virginie

    Chez nous, on commence à voyager en cuisinant…Avant de partir en vacances, on regarde toujours la culture culinaire du pays et si possible on teste quelques recettes, ça aide les enfants et les parents à patienter ….
    NB: éviter l’alu au four, attention aux migrations 😉

    • Anne-Lise

      Génial, top pour impliquer les enfants dans un projet de voyage !
      Oui, pas d’alu au four bien sur, c’est vrai que je n’ai pas fait gaffe a ce détail…
      😉

  • 3 kleine grenouilles

    Chouette idée d’article ! Tu as choisi des plats que j’aime beaucoup en plus. Nous sommes en vacances en Bavière, autant dire qu’on se régale en ce moment et puis c’est drôle de voir que les mots les plus simples changent quand on passe la frontière autrichienne. Tu savais que Kartoffel se dit ici Erdapfel ?

    • Anne-Lise

      Non je ne savais pas ! 🙂 Nouveau mot en même tellement logique… Et finalement la transposition direct du français donc même plus facile à retenir 😉

  • Joanie

    Bonjour!
    J’adore cette idée de lier l’apprentissage des langue avec la cuisine.
    Pour avoir travaillé dans les restaurants durant quelques années, je me suis surprise à apprendre assez rapidement les plats et les aliments dans différentes langues. Et en voyageant un peu, j’essaie de toujours lire les menus dans la langue d’origine. Je me sens validée dans mon apprentissage (hihihi!) Pour les recettes, je suis tentée par la gazpacho! J’ai un tas de tomates à la maison!
    Voilà! :o)

    • Anne-Lise

      Super ! Merci beaucoup pour ton retour 😉 C’est vrai que la cuisine a cet avantage d’être très motivant, on a très envie de pouvoir comprendre pour pouvoir se régaler 🙂 Tu me diras quand tu auras fait le Gaspacho 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *